Enseignement

Pourim : HACHEM sauve son peuple


Le récit de Pourim se déroule après la destruction du Temple et n’est donc pas mentionné dans le livre  de la Torah. Cette fête fait référence à la délivrance de la communauté juive exilée en Perse, en 480 avant l’ère vulgaire, grâce à la bravoure d’Esther. Déportée à Babylone avec toute sa famille, Esther va devenir orpheline et sera, alors adoptée par son cousin Mordékhaï. Elle séduit le roi des Perses, Assuérus, et se marie avec, peu après. Haman, promu dignitaire du palais, impose que tout le peuple s’incline face à lui, ce que Mordékhaï refuse. Apprenant que Mordékhaï est juif, Haman trouve une raison d’exterminer les juifs du royaume, en totalité, par envoi d’un décret royal le 13 adar. Mordékhaï avise Esther du grand danger pour les juifs et lui demande  d’intervenir, en lui faisant comprendre que l’aide de son mari, le roi Assuérus,  pourrait les sauver. C’est ce qu’elle fait au péril de sa vie. Elle révèle alors ses origines au roi Assuérus et lui explique le plan d’extermination des juifs du royaume qu’Haman a planifié. Le Roi prenant le parti de la reine Esther, promulgue un nouveau décret  permettant aux juifs de se défendre. Le jour choisi par les sorts, pour l’extermination des juifs, connaît un renversement de situation: leurs ennemis sont massacrés. Ainsi Esther a sauvé son peuple. Pourim signifie « sort » étant donné que la date à laquelle les juifs devaient être exterminés avait été choisie au hasard, par tirage au sort.


LA MEGUILA  D’ESTHER


A l’occasion de Pourim, on lit la Meguilat Esther (dit aussi le rouleau d’Esther) contenu dans un manuscrit. Cette lecture (ou écoute de cette lecture) est une obligation pour tous afin de se remémorer le courage d’Esther en ce jour. C’est une pratique perpétuelle, le 14 adar pour les habitants des petites villes et villages et le 15 adar pour ceux des villes fortifiées à l’époque de Josué (afin de ne pas diminuer le statut de Jérusalem, dont les murailles étaient en ruine au temps d’Esther, par rapport à celui de Suse). Le Talmud rend la lecture de la Meguila obligatoire aussi pour les femmes car c'est par une femme que le miracle est arrivé. La lecture doit se faire non seulement la journée du 14 (ou du 15) adar mais aussi la veille de cette journée. 


LES MITZVOT DE POURIM


A Pourim on offre des cadeaux alimentaires, appelés en hébreu "Michloah Manot" . Ce sont généralement les enfants qui apportent les cadeaux de maison en maison et jouent ainsi le rôle de messagers. On a l’obligation d’offrir un minimum de deux cadeaux alimentaires -michloah manot. Ils sont garnis de boissons, gâteaux, fruits et autres sucreries. Pendant cette fête de partage, il est de notre devoir d’effectuer des dons envers les personnes dans le besoin. C’est une grande Mitzva pendant Pourim de multiplier les gestes de Tsédaka selon ses possibilités, comme il est mentionné dans le Zohar Hakadoch (Parachat  Béchalah). Vous pouvez envoyer vos dons à Tsidkat-Eliaou.
Le jour de Pourim, en début d’après midi,  un repas qui se veut être un festin, est organisé et dure longtemps tout au long de cette joyeuse journée, réunissant familles et amis. Une tradition culinaire, qui persiste au fil des années, consiste à manger des pâtisseries originales représentant les oreilles d’Haman. Enfin, tout le monde se déguise pour se souvenir que le miracle de Pourim est resté « caché » contrairement – par exemple – aux prodiges que les enfants d’Israël ont vu lors de la sortie d’Egypte. Même si le nom de D-ieu n’est pas cité dans la Méguila c’est le TOUT PUISSANT qui a sauvé son peuple de l’extermination planifiée par Haman.


Pourim evec Tsidkat-Eliaou 

Adressez-nous vos dons «MATANOT LAÉVIONIM»
 Et permettez ainsi aux plus nécessiteux à Jérusalem d’accomplir les mitsvot de
Matanot Laévionim, Michloah Manot, et le « Michté » de Pourim dans la joie !
Merci également pour les enfants de ces familles !


Faire un don


Cet article est soumis aux lois du Copyright - Voir plus en cliquant ici

Partagez avec vos amis :