Moussar

Roch Hachana

“ Quiconque multiplie la Tsédaka répare ses fautes ”
(d'après Rabbi Yaacov Abouhassira,Guinzé Hamelekh)


Tsédaka Roch Hachana« Celui qui est généreux envers les pauvres, prête à D. et il en sera récompensé. » (Proverbes 19,17). Rachi explique que le jour où ce généreux bienfaiteur tombera gravement malade au point de friser la mort, cette Tsédaka viendra devant le trône céleste plaider en sa faveur et dire:
« j'ai permis grâce à cet acte généreux de donner vie à ce pauvre en lui permettant de subsister, qu'il en soit fait de même pour ce malade, que la vie lui soit accordée. »
La Tsédaka a une force spécifique comparable à l'étude de la Torah dans la mesure où aucune faute ou transgression ne peut éteindre ou effacer cette mitsva. D'autre part, nos Sages -de mémoire bénie- ont expliqué que les lettres qui composent le mot « pécha »(faute) sont les mêmes qui composent le mot « chéfa »(abondance), pour dire que quiconque multiplie la Tsédaka répare ses fautes (d'après Rabbi Yaacov Abouhassira, Guinzé Hamelekh). Dans les prières du Moussaf de Roch Hachana, alors que D. juge chacun de nous, nos Sages nous rappellent que trois choses peuvent modifier les décrets divins: la TÉCHOUVA (le repentir), la TÉFILA (la prière) et la TSÉDAKA (la charité ).

La balance de nos actions

Mitsvot Roch HachanaMaïmonide explique que pendant toute l'année chacun doit se représenter la balance entre ses propres mérites et ses propres fautes et en parallèle la balance mondiale en équilibre. S'il commet une faute il fait pencher le plateau de la balance non seulement sur lui, mais aussi sur le monde entier. De même, s'il accomplit une mitsva il oeuvrera non seulement en sa faveur mais aussi en faveur du monde entier. Pour cette raison, on a coutume dans toutes les communautés d'Israël de multiplier les bonnes actions -notamment la Tsédaka- à partir du mois de Eloul et surtout entre ROCH HACHANA & KIPPOUR (Lois sur la techouva Chap. 3,4).

Rav AMSELLEM


Faire un don


Partagez avec vos amis :