Enseignement

Ben Hametsarim ou l'éxil du peuple Juif



TempleAvec le jeune du 17 Tamouz (mardi 11 juillet 2017) débute une période de 3 semaines synonymes de deuil et d'abstinence qui se terminent par un second jeûne, celui du 9 Av, triste célébration de la destruction du temple de Jérusalem, centralité du judaïsme et qui est au cœur de ces semaines d’affliction et d’amertume.

Le 17 Tamouz commémore tout d‘abord la première brèche dans les murailles de Jérusalem qui mènera à la destruction du temple le 9 Av et à l’éxil du peuple juif (en fait les deux temples ont été détruits un 9 Av). 


Malheureusement d’autres malheurs eurent lieu un 17 Tamouz à des époques différentes. Ainsi les tables de la loi furent brisées suite à la faute du veau d’or, les rouleaux de la Torah brulés par Julien l’aspotat, une idole déposée dans le sanctuaire du second temple, le sacrifice du  « Korban Tamid » (sacrifice permanent) interrompu à cause du siège de Jérusalem par les babyloniens ayant pour conséquence l’insuffisance de bétail.

Le 17 Tamouz est un jour de jeûne où toute nourriture et boisson sont interdites du lever du soleil à la tombée de la nuit (exception faite des enfants, femmes enceintes et personnes souffrantes). Il est cependant permis de se laver et de travailler. 

TsomCette période, allant du 17 Tamouz au 9 Av (en hébreu Bein Hametzarim), est donc dédiée à la prière, la téchouva, l’introspection, et toutes réjouissances sont proscrites, tout au moins en partie. Les mariages ne sont pas célébrés et on n’assiste pas à des réjouissances comme des concerts, on évite aussi d’écouter de la musique. Les fiançailles et Brith Milot sont permises (voir dans quelles conditions auprès de votre rabbin). On évitera d’acheter des vêtements neufs, de prononcer la bénédiction « Chéhékhéyanou » (sauf Chabbat si le cas se présente) et de se couper les cheveux (hommes). Il est également déconseillé de prendre des risques inutiles voire dangereux ou encore de passer en jugement durant cette période. 


Les neufs derniers jours, séparant Roch Hodesh Av du jeûne du 9 Av, les restrictions s’étendent à l’interdiction de consommer de la viande (poulet compris) et du vin, de coudre des vêtements neufs.

La dernière période, à partir du shabbat précédant le 9 Av et jusqu’à ce dernier (qui est un jour de jeûne) est considérée comme la « semaine » de Ticha Bé ’Av. La durée de cette « semaine » varie selon les années car elle est tributaire du nombre de jours les séparant. Ainsi si Ticha Bé’Av tombe un samedi soir, cette « semaine » est inexistante. Pendant ces quelques jours Il est interdit de se couper les cheveux, de se laver à l’eau chaude (séfaradim), de se couper les cheveux, de se raser, de faire des lessives de linges (incluant draps et nappes) et de porter des vêtements propres. Certains ont l’habitudede porter quelques minutes des vêtements propres avant cette « semaine », qui seront destinés à cette période Séparant Shabbat du 9 Av. Ainsi ils ne sont pas considérés comme étant des vêtements« propres ».


9 avLe jeûne du 9 Av, débute la veille comme Kippour. Boissons et nourritures sont interdites ainsi que de porter des chaussures en cuir, de se laver, de se parfumer (ou toute onction ou crème) et d’avoir des rapports conjugaux.
Le matin  on pourra se laver les mains (phalanges) ou en sortant des toilettes.

Puisse Hachem nous envoyer le Machiah et la Guéoula Chéléma. Amen !


 

Faire un don

Partagez avec vos amis :