ב"ה
Enseignement

Le grand Tsadik et kabbaliste Baba Salé de Colomb Béchar

Rabbi Israël Abi’hssira zatsal, était connu également sous le nom de Baba Salé Hagadol. Grand Tsadik et kabbaliste du début du XXe siècle, immense érudit en Torah, il vécut à Colomb-Béchar (Algérie) aux portes du Sahara et on lui prête la réalisation de nombreux miracles.

LA FAMILLE ABI’HSSIRA UNE DYNASTIE DE TSADIKIM

Le vénéré Hagaon Rabbi Yaacov Abi’hssira zatsal, connu sous le nom de ABIR YAACOV, eut 4 fils : Rabbi Massoud, Rabbi Aharon, Rabbi Avraham et Rabbi Yit’shak. L’ainé (Rabbi Massoud) appela son deuxième fils Israël qui devint Baba Salé de Nétivot. Le deuxième fils d’ABIR YAACOV, Rabbi Aharon, appela également son fils Israël connu plus tard sous le nom de Baba Salé Hagadol de Colomb-Béchar. Ainsi, les deux Baba Salé (de Nétivot et de Colomb-Béchar) furent cousins germains (à noter que « salé » est le diminutif du prénom Israël).

Né au Maroc dans le Tafilalet, Baba Salé Hagadol (‘‘Lakbir’’ en arabe) commença à y enseigner la Torah avant de partir pour s’installer à Colomb-Béchar (Algérie) en 1920 (5680) sur les recommandations de son père. Outre sa sagesse et son érudition Toranique, Il avait la réputation d'être très méticuleux dans l’accomplissement scrupuleux de toutes les mitsvot.

Il fut le maître de nombreux élèves et disciples : on compte parmi eux le Tsadik Rabbi Nissim Amsellem zatsal, cofondateur de l’association Tsidkat-Eliaou qui était également le disciple et le beau-frère de l’Admour Sidna Baba Salé zatsal de Nétivot. Dès sa Bar Mitsva, il étudia la Torah dans la Yéchiva de Baba Salé Hagadol, y compris le ZOHAR HAKADOCH, tous les soirs après le TIKOUN 'hatsot et jusqu’au matin à l'heure de la Téfila du Nets ha’hama (l'aube).

Baba Salé Hagadol rendait très souvent visite au Tsadik Rabbi Eliaou Amsellem zatsal (dont l'association porte le nom) à Béni Ounif, notamment pour de longues sessions d'études de Torah avec le jeune Rabbi Nissim ou pour lui apporter des livres de Torah.

La mère du jeune Rabbi Nissim lui reprochait de venir sans prévenir, les empêchant ainsi de venir le chercher à la gare et de l’honorer d’un bon repas, ce à quoi il répondait : “mais je suis chez moi ici, dois-je prévenir avant d’arriver à la maison ? ”. Sa grandeur spirituelle ne l’empêchait pas d’être d’une modestie et d’une simplicité incroyable, comme l’illustre cette petite anecdote. Baba Salé Hagadol était ainsi : il fuyait les honneurs, même si tout le monde le considérait comme le chef spirituel de Colomb-Béchar, et faisait preuve d’un dévouement sans borne pour sa communauté.

On dit qu'il possédait le ROUA'H HAKODECH, l'esprit saint, et ses nombreux prodiges étaient connus parmi les gens de Colomb-Béchar.

UNE INTERVENTION MIRACULEUSE

En 1940, après la capitulation du maréchal Pétain devant les Allemands, la France fut partiellement occupée et cela se fit sentir jusqu'en Algérie (y compris jusqu'à Colomb-Béchar), qui à l'époque était française. Un jour Baba Salé de Nétivot, qui habitait encore au Maroc dans la région du Tafilalet, se rendit chez son cousin, et homonyme, Baba Salé à Colomb-Béchar. Ce fut une visite surprise et il fut reçu avec les honneurs par son cousin germain. Arriva le Chabbat et tout se déroula très bien. Cependant, dans l'après-midi, les deux Tsadikim se rendirent à la synagogue une heure avant min’ha, et s'enfermèrent tous les deux, seuls, pendant une heure. Le lendemain, après Chabbat, Baba Salé de Nétivot retourna au Maroc.

Cependant, toute la communauté désirait ardemment connaitre la raison et le contenu de cette rencontre secrète, à huis clos, qui dura une heure. Le fils de Baba Salé de Colomb-Béchar, Rabbi Haïm zatsal, harcelait sans cesse son père pour que ce dernier lui révèle la teneur de cette réunion. Baba Salé de Colomb-Béchar, après de nombreux jours d'insistance, l’informa tout simplement que le but de leur rencontre était un TIKOUN, soit une réparation spirituelle de haut niveau et en principe, cette réparation doit annuler un décret.

Mais, Rabbi Haïm zatsal voulait en savoir plus jusqu’au jour où son père lui donna de plus amples explications. Les Allemands avaient l’intention de construire un camp de concentration dans la région de Colomb-Béchar pour accélérer la déportation de tous les juifs d’Afrique du Nord… La liste des familles juives de Colomb-Béchar avait déjà été rédigée. La rencontre entre les deux Tsadikim avait pour objet l’échec de ce funeste projet par la force de la prière et des Tikounim récités par ces géants de la Torah, une heure avant min’ha de Chabbat, moment propice et très favorable, dans le ciel, pour l’acceptation des prières.

Ainsi, le camp ne vit jamais le jour grâce à cette intervention miraculeuse des deux Tsadikim auprès d’Hachem qui sauva la vie de pratiquement toute la population juive d’Afrique du Nord.

SAUVER UN COUPLE DU DIVORCE

Au côté de  Baba Salé Hagadol se trouvait également à Colomb-Béchar son frère, Rabbi Chalom zatsal, qui était le Dayan (juge) de la ville. Un jour, un couple se présenta au Beth-Din (tribunal rabbinique) de Colomb-Béchar pour entamer une procédure de divorce, avançant qu’après 10 ans de mariage, ils ne parvenaient toujours pas à avoir un enfant. Baba Salé Hagadol, qui s’était absenté quelques temps de la ville, rentra à Colomb-Béchar avec un mauvais pressentiment et se rendit directement au Beth-Din. Il vit ce fameux couple attendre son acte de divorce. Il demanda à son frère Rabbi Chalom zatsal quelle était la raison de ce divorce ? Après en avoir eu connaissance, il demanda qu’on lui remette l’acte de divorce et aussitôt fait, le déchira ! Il dit au couple de ne plus divorcer en leur promettant que cette année ils auraient un enfant. La prière du Tsadik fut une fois de plus exaucée et un enfant vint effectivement illuminer la maison du couple redevenu heureux.

Baba Salé Hagadol faisait preuve d’un dévouement inconditionnel pour sa communauté. Modeste, il fuyait les honneurs même si tout le monde le considérait comme le chef spirituel de Colomb-Béchar.

Rabbi Israël Abi’hssira zatsal quitta ce monde le 18 Sivan 5704 (1944) et fut enterré dans le cimetière de Colomb-Béchar.

Que le mérite de ce Grand Tsadik et kabbaliste nous protège et soit pour nous une source de bénédictions. Amen ! 

 

 


HILOULA

Lors de la Hiloula de ce Grand Tsadik, Tsidkat-Eliaou vous invite à allumer une veilleuse, à sa sainte mémoire,  si possible à lire quelques psaumes de Téhilim et à prier pour le Am Israël !

Récitez la formule ci-après : Zékhouto taguen alénou véal kol Israël, Amen.
Le Tsadik priera pour vous.

À l'occasion de la Hiloula de ce Grand Saint, le collel Chaaré Nissim, au sein de la synagogue Baba Salé de Jérusalem, dédiera le limoud (l'étude) du lundi 24 juin 2024
à la mémoire de Baba Salé Hagadol zatsal.

Une collation, séouda, sera offerte après la prière de min’ha, en son honneur.

 

Vous pouvez également associer vos prières à la noble et grande mitsva de la Tsédaka et nos Rabbanim vous bénirons au Kotel et dans la synagogue Baba Salé - Chaaré Nissim de Jérusalem. 

ENVOYEZ-NOUS VITE VOS DEMANDES DE BÉRAKHOT

 

Dates de la Hiloula de Rabbi Israël Abi’hssira zatsal, Baba Salé Hagadol

2024 ► lundi 24 juin 2024

2025 ► Chabbat 14 juin 2025

 

 

 

 

WhatsApp Tsidkat-Eliaou : une manière simple et efficace de rester en contact avec Jérusalem !

Rejoignez notre groupe Whatsapp et recevez une fois par semaine des informations sur la parachat hachavoua, les hiloulot, les fêtes, les évènements juifs, etc. 
Parce qu'ensemble nous sommes plus forts, restons connectés à Jérusalem ! Cliquez sur la bannière ci-contre.
 

 

 

 

 

DEVENEZ PARTENAIRES EN SOUTENANT NOS ACTIONS, MERCI

actions-tsidkat-eliaou

 

Association pour la Torah, l’Enseignement et les Mitsvot

 

Paru au Journal Officiel du 01/1990
 

 
Partagez avec vos amis :
Découvrez Plus d'articles “Enseignement”