ב"ה
Actualités

Parachat VAYAKHEL : La Sainteté du Chabbat et celle du Michkan



QUELS SONT LES SUJETS TRAITÉS DANS PARACHAT VAYAKHEL ?

Une fois de plus la sainteté du Chabbat est rappelée au peuple avec la précision particulière de la défense d'allumer du feu dans les maisons juives et d'observer un repos absolu pendant toute la durée de la journée sabbatique.

Israël est invoqué pour participer à la réalisation du grand projet, l'édification du sanctuaire. Des volontaires et des spécialistes, artisans et ouvriers, se présentent pour apporter leur concours à l'œuvre sacrée. Deux responsables, Betzalel et Oholiab, doivent coordonner les efforts du peuple. D. leur inspire l'intelligence et la sagesse indispensables pour mener à bien leur tâche. Il s'agit de la création de l’Arche avec les Kérouvim (chérubins), la Ménorah (chandelier à sept branches), la Table recouverte d’or et sa bordure en or, les tentures attachées par des agrafes d’or, la Parokhet (rideau) séparant les deux chambres du Sanctuaire, le Massakh (voile) à l’entrée de la Tente, l’Autel des encens et l’Autel des sacrifices, la cuve et son piédestal...

Source : La Torah Commentée




LE MÉRITE DES FEMMES

« Et il confectionna le bassin de cuivre et sa base de cuivre avec les miroirs des femmes vaillantes qui avaient afflué à la porte de la Tente d'assignation. » (38, 8)

Les femmes s'étaient empressées d'apporter les premières leurs dons pour la construction du Tabernacle, comme il est dit : « Et les hommes vinrent après les femmes. » (35, 22)

templeOr, soulignent nos Sages, nous savons que lors du péché du Veau d'or, les femmes avaient refusé de donner leurs bijoux, conformément au rôle qui leur fut assigné depuis la Création (Béréchith 2, 18)

« D. dit: ce n'est pas bon que l'homme soit seul, Je vais lui faire une aide - kénègdo - face à lui [ou contre lui]. »

Rachi explique le sens de kénègdo : « si l'homme est méritant, elle sera une aide face à lui mais s'il ne l'est pas, elle luttera contre lui ».

Devant le refus des femmes, les hommes ont dû donc se défaire de leurs propres pendentifs pour confectionner leur idole (32, 23). Il en fut autrement pour la construction du Sanctuaire. Les femmes furent les premières à offrir ce qu'elles avaient de plus précieux. C'est pour cette raison, rapporte le Choul'han Aroukh (et la Guémara Méguila 22, Rachi) que les femmes ont droit à une fête supplémentaire: Roch 'Hodech où elles n'effectuent pas certains travaux.

Pourquoi justement Roch 'Hodech ?

Comme nous le savons, le Michkan fut inauguré le jour de Roch 'Hodech Nissan et c'est la raison pour laquelle chaque Roch 'Hodech reste une fête réservée aux femmes.

Mais nous pouvons également établir un autre lien entre les femmes et Roch 'Hodech :

Lorsque dans le désert, elles firent don pour le Tabernacle des miroirs de cuivre dont elles se servaient en Égypte, Moché ne voulut pas les accepter. Toutefois, D. lui demanda expressément de les prendre pour la confection du Kiyor, le bassin servant à l'ablution des Cohanim (Rachi 38, 8).

michkanEn effet, c'est au moyen de ces miroirs que ces femmes courageuses avaient redonné une raison de vivre à leurs maris qui, abattus par le terrible esclavage, étaient dans un état de découragement complet. Tout au long de l'histoire, le rôle des femmes fut déterminant au moment où tout semblait perdu. Lorsque le Gadol hador, Amram, décida de ne plus avoir d'enfant, puisqu'on jetait les garçons dans le fleuve, tous les Hébreux l'imitèrent. Ce fut grâce à Myriam, qui réunit à nouveau ses parents, que non seulement Moché vint au monde mais que le peuple juif fut sauvé de la disparition complète!

Il en fut de même à 'Hanouka avec Yéhoudith, à Pourim avec Esther et tout au long des générations jusqu'à la Rédemption qui, à l'instar de la sortie d'Égypte, arrivera comme on le sait par le mérite de notre mère Ra'hel et des femmes tsadkanioth.

Telle est la signification profonde de Roch 'Hodech: subitement, le premier jour du mois, la lune renaît après une absence totale de clarté. Auparavant dans l'obscurité complète, le monde semblait plongé dans des ténèbres éternelles. Ce moment de renaissance de la lumière reste réservé aux femmes, c'est leur fête particulière car ce sont elles qui possèdent, par la force de leur émouna, le don de l'espoir, le pouvoir du renouveau.

 

AVANT L'EFFORT DE L'HOMME

« Et Moché dressa le Michkan, il posa les socles et plaça les solives, fixa les traverses et érigea les piliers (40, 18). »

Sur ce verset, le Seforno cite la guémara (Mena'hoth 99a) :

« Les tentures sont appelées michkan mais non les piliers» pour nous faire remarquer que Moché a d'abord étendu les tentures - l'essentiel du michkan - qui sont restées miraculeusement suspendues, nous dit le midrach, jusqu'à ce qu'il eut dressé les poutres au-dessous d'elles.

Le Chem miChemouel explique le symbolisme de cette idée : la résidence de la présence divine, la Chekhina, représentée par les tentures précède l'effort de l'homme, la mise en place des piliers.

Comme le dit le verset des Lamentations: « Fais-nous revenir vers Toi, ô Hachem, et (ensuite) nous reviendrons. »

 

Tout le thème de Pessa'h annoncé par Parachath ha'hodech véhicule la même idée.

En effet, les Enfants d'Israël furent miraculeusement délivrés d'Egypte alors qu'ils étaient dépourvus de tout mérite ainsi qu'il est écrit :

« Et toi, tu étais nue et dépouillée [de mitsvot]. »

Le mot Pessa'h lui-même signifie un saut, un pas (et le terme « Pâque » provient du mot « pas », Rachi 12, 11).

Ceci nous enseigne, non seulement que D. a sauté au-dessus des maisons des Hébreux lors de la mort des premiers-nés, mais encore qu'Il nous a fait "sauter les étapes" spirituelles pour nous faire bénéficier de la délivrance. Au seuil de la cinquantième porte d'impureté, les Enfants d'Israël furent témoins, par ces miracles extraordinaires, de la révélation de la puissance divine ! D. s'est manifesté à eux alors qu'ils n'en avaient pas le mérite, telles les tentures du Tabernacle qui se tenaient déployées avant la mise en place des piliers.

paquesPendant le mois de Nissan et la fête de Pessa'h chaque année, les Juifs, à titre collectif et individuel, bénéficient de cette même générosité de la part de D.

Il nous élève au-dessus de notre niveau spirituel réel. Il nous donne la possibilité de brûler les étapes et de prendre des décisions de repentir, de progrès spirituel que nous n'aurions pas eu la force d'effectuer de nous-mêmes. À nous de ne pas laisser échapper cette occasion extraordinaire !

 



LA DÉLIVRANCE DÉPEND DE L’OBSERVANCE DU CHABBAT

Le livre d’Isaïe nous apprend que la Délivrance dépend de la pratique du droit et de la justice, ainsi que de l’observance du Chabbat :

samedi« Quiconque observe le Chabbat, se gardant de le profaner, ceux qui tiennent ferme mon alliance, Je les mènerai sur ma montagne sainte, et Je les réjouirai dans ma maison de prière; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel, car ma maison sera appelée maison de prière pour tous les peuples. »

Nos sages apprennent de cela : « Si le peuple d’Israël gardait deux Chabbat conformément aux prescriptions, il serait immédiatement délivré. » (Chabbat 118b)

Pourquoi, si le peuple d’Israël observait deux Chabbat, serait-il immédiatement délivré ?

Le prophète n’annonce-t-il pas que la Délivrance dépend du droit et de la justice ?

En fait, si le peuple juif observait deux Chabbat conformément aux prescriptions, il observerait bien entendu aussi le droit et la justice, car, par l’effet du Chabbat, il se libère de la soumission à l’argent et aux possessions matérielles, et il s’élève dans la foi; ainsi, il désirera également accomplir le droit et la justice durant les six jours de la semaine.

Il apporte ainsi leur réparation spirituelle (tiqoun) aux six jours de la semaine, et il mérite la Délivrance (cf. Baba Batra 10a ; Dt Rabba 5, 7).

Nos maîtres disent encore que, grâce à l’observance du Chabbat, il mérite de s’établir en terre d’Israël; comme dit D. à Abraham : « Si tes enfants acceptent le Chabbat, ils entreront dans le pays; sinon, ils n’y entreront pas. » (Gn Rabba 46, 9)

Or, l’entrée dans le pays constitue le commencement de la Délivrance.

D’après le Midrach, Pninei Halakha


Faire un don


actions-tsidkat-eliaou
Tsidkat-Eliaou, le Hessed au quotidien à Jérusalem depuis plus de 25 ans.

DEVENEZ PARTENAIRES EN SOUTENANT NOS ACTIONS, MERCI

actions-tsidkat-eliaou

Association pour la Torah, l’Enseignement et les Mitsvot

Paru au Journal Officiel du 01/1990

Aides et secours aux nécessiteux

actions-tsidkat-eliaou
actions-tsidkat-eliaou actions-tsidkat-eliaou actions-tsidkat-eliaou
Partagez avec vos amis :
Découvrez Plus d'articles “Actualités”